Ostend en avion

2014 est une année un peu spéciale : cela fait 6 ans que nous avons acheté le F-GAON, donc nous avons une visite assez importante à faire qui correspond à la visite de 6 ans. Nous profitons aussi de cette visite pour faire quelques améliorations et modifications sur l'avion, notamment en changeant la verrière qui était assez abîmée avec le temps, et en ajoutant un réservoir supplémentaire de 50L. Ce mercredi, dernier petit voyage à Cosne sur Loire pour quelques réglages sur l'avion. C'est moi qui ai fait le trajet, et je n'avais pas l'intention de rentrer sur Orléans après les travaux.

Je suis parti d'Orléans vers 13h40, arrivé à Cosne vers 14h10, un peu en retard sur ce qui était prévu avec le mécano, mais je savais que j'avais l'après-midi devant moi pour préparer le restant de mon voyage. J'ai pu me poser sur une table avec tous mes classeurs et cartes, chez Loire Aviation, qui, pendant ce temps-là, faisait des réglages au niveau des freins. Cela me laissait environ 4h pour préparer une navigation vers le Nord. Ma première idée était d'aller à Lille, puis Ostend et de finir à Manston en Angleterre avant de rentrer, sauf qu'à Cosne, je me suis aperçu d'une chose : j'avais oublié la balise de détresse GPS. Avant la 6 ans, j'ai enlevé de l'avion tout ce qui n'était pas nécessaire pour cette visite, et notamment tout ce qui concernait les cartes de paiement d'essence et les accessoires (casques en plus, gilets de sauvetage, et balise de détresse). J'ai donc bien pensé à prendre le gilet de sauvetage, mais la balise, pourtant obligatoire même pour un vol en France, est restée chez moi. J'ai donc décidé, pour ma sécurité, de ne pas aller en Angleterre et de m'arrêter à Ostend puis de prévoir le retour.

J'ai donc décollé de Cosne sur Loire vers 18h, avec un avion totalement révisé et mes 50 heures de potentiel devant moi, direction le Nord. Pas de plan de vol, j'ai décidé d'aller à Lille Lesquin, où je suis allé il y a quelques semaines en voiture, cette fois, en avion. La nav prête, il était prévu de naviguer à 3000ft, car je devais passer sous les classes A de Paris, donc une altitude supérieure aurait pu poser problème. Avec plus de 25°, l'après-midi était beau, et aller plein nord me permettait d'éviter d'avoir le soleil en pleine figure. J'y suis donc allé, seul mais confiant (c'est la première navigation de l'année en dehors de la Région Centre, ça me démanger de partir un peu plus loin).

Décollage, point de report au nord de l'aérodrome, sud de Cosne sur Loire, puis la navigation est prête : direct vers LFFG (La Ferté Gaucher) puis vers LFJS (Soissons) et directe vers Lille Lesquin (LFQQ). Comme d'habitude, je fais mes navigations à ma façon, ni au GPS, ni uniquement à la carte, mais principalement en suivant ma trace sur la carte, et en jetant un oeil sur le GPS par moment pour vérifier que je ne perds pas le cap. En général, dans les zones pas trop désertiques, je me repère facilement en suivant le trait que j'ai fait sur la carte, le GPS étant juste là en appuie.

Longueville

 

La navigation jusqu'à Soissons est assez simple, dans une région un peu désertique, pas de ville, quelques reliefs très bas et des gros villages, sauf vers Sens. J'en ai profité pour prendre quelques photos de la campagne, du péage de Courtenay, et d'un avion de ligne "croisé" sur la route, mais sûrement plusieurs millieurs de pieds plus haut !

eoliennes

AerodromeChateauThierry

A partir de Soissons, c'est plus intéressant. Déjà Soissons semble être une belle ville, avec des Eglises ou Cathédrales belles à voir d'en haut, et puis ce sont des villes en pleine campagne, un peu comme en Beauce, et on passe d'une ville à l'autre : Soissons puis Tergnier plus petit, puis Saint Quentin et enfin Cambrai. Le tout se fait sur une seule fréquence, celle de Lille Info qui m'a suivi jusqu'à la fin de la navigation.

Soissons

Coucy

Cambrai

Après Cambrai, j'avoue que, vue la position du Soleil, j'ai dévié de ma trajectoire. Je suis né à Douai, et j'y ai habité pendant 10 ans, en plus, j'y suis passé il y a quelques semaines début juillet en allant à Lille, donc je suis passé à l'ouest pour prendre de belles photos.

Cantin

Douai

J'ai essayé de trouver le beffroi que j'ai visité le mois dernier, et, à ma grande surprise, il n'est pas simple à trouver. Il a beau faire 54m de haut, il est en grés, d'un gris identique à la couleur du quartier, et il ne ressort pas au Soleil comme peut le faire la collégiale Saint Pierre, avec son clocher d'environ 50m de haut, mais surtout 2 fois plus large et dans une couleur plus blanche que celle du beffroi.

J'ai pu aussi prendre une photo du quartier où j'habitais étant jeune, à côté de la prison.

Ensuite, j'ai contacté la CTR de Lille, Lille TWR, et j'ai demandé une directe vers la piste 02, qui a était accepté. Je suis arrivé un peu haut, mais cela n'a pas posé de problème, par contre je me suis fait surprendre par la piste : la piste 02/20 croise la piste 08/26, mais elles ne sont pas vraiment au même niveau, donc mon atterrissage a été un peu sec au contact du croisement avec la piste 08/26. Je suis ensuite allé à l'aéroclub pour me poser. J'ai pris de l'essence à la pompe Total, et j'ai laissé l'avion là pour la nuit.

Le lendemain, dernier jour du mois, et jour J pour une balade hors de France. Plan de vol rentré sur Olivia pour l'aller et le retour (on en reparlera plus loin), j'arrive à l'aéroclub, et une personne du hangar d'à côté m'ouvre car l'aéroclub est fermé. Apparemment les visiteurs ne sont pas les bienvenus à l'aéroclub, mais plutôt dans le terminal Aviation Générale, mais je n'étais pas au courant, et l'aéroclub est plus sympa au niveau des contrôles de sécurité !

J'avais prévu de manger à Ostend, et il ne fallait que 30 minutes de vol, le plan de vol était donc pour 11h, et je suis parti un peu après. Décollage en 20, donc pas de problème de piste à remonter, et au décollage, direction 3000ft vers Tournai, route 065, pour passer la frontière à peine 5 minutes après le décollage. C'est Lille Approche qui m'a conservé à la radio pendant la traversée de la frontière et même presque 10 minutes après, et me voilà en Belgique. Rien de bien difficile, car la Belgique, c'est un peu comme la Picardie à cet endroit, beaucoup de champs, quelques éoliennes, et une ou 2 villes près de Lille, puis après Kortrijk, plus rien, toujours tout droit, et la mer 20 minutes après.

Roulers

Bruxelles Information et Ostend pour la radio se font en Anglais, ce qui n'a pas posé de problème, j'ai pu faire une directe en Base 26, mais comme je n'avais pas d'info sur le tour de piste, j'ai fait un dernier virage un peu serré. Il y avait aussi pas mal de turbulences sur la piste, mais l'atterrissage était toujours mieux que celui de Lille. Une fois posé, direction le parking Aviation Générale avec accueil Follow Me (c'est la voiture jaune qui précède les avions) pour me guider jusqu'au parking, puis une fois l'avion arrêté, pour m'emmener dehors avec un bon de retour indispensable pour revenir. Gilet Jaune obligatoire pour sortir de l'avion et y retourner.

J'ai pris le bus pour le centre ville, et j'ai pu me balader un peu dans cette petite ville balnéaire. Les bords de mer sont très bien faits. Bien sûr, il y a une rangée d'immeuble au bord de la plage, mais une esplanade d'une cinquantaine de mètre de large sur 2km de long avant la plage en elle-même avec des activités et la mer. Il y avait vraiment beaucoup de monde, et c'était sympa. C'est rare d'avoir un bus entre l'aéroport et le centre ville, donc c'était une occasion à ne pas manquer.

Ostend

Le retour a été plus compliqué. J'ai repris le bus, et je suis arrivé vers 14h à l'aéroport. J'ai relu brièvement les 250 NOTAMs (dont 80% sont pour signaler des grues à 40m du sol, à quelques kilomètres des aérodromes sur lesquels je ne passe pas), et j'ai passé le contrôle de sécurité (obligatoire, avec le bon pour revenir). Fouille au corps, au cas où je cacherai un révolver pour me prendre moi-même en otage pendant mon vol vers la France, on sait jamais. En plus, les personnes de la sécurité ne parlaient pas tous autre chose que le Néerlandais. Celui qui m'a fouillé m'a emmené vers le bureau de piste pour ... la taxe ! Sur internet, j'avais vu que la taxe d'atterrissage était de 3€, donc je ne me suis pas inquiété, j'étais même prêt à payer en liquide, mais à la vue de la facture, le montant était bien différent. Les 3€ se sont transformés car le prix était de 3€ par tonne avec un minimum de 10€, et c'est une taxe d'atterrrissage, donc de 10€, à laquelle il faut ajouter la taxe de décollage, au même prix, soit 20€, et bien sûr, on ajoute la TVA Belge à 21%, soit 24.20€ au total, presque 10 fois plus cher que prévu ! Mais bon, il y a les marshallers, ceux qui sont venus me chercher avec le Follow Me, donc on peut comprendre le prix.

F-GAON-Ostend

On m'a donc ramené à mon avion, j'ai vérifié que tout était bon pour ma nav jusqu'à Orléans, et j'ai démarré l'avion. J'ai ensuite contacté la tour pour partir, le tout en Anglais toujours, et là, petit problème : pas de plan de vol ! Mon plan de vol était pour 14h, et à 14h30 environ, ils n'avaient pas mon plan de vol. Ils m'ont dit qu'ils contactaient Bruxelles et que ça pourrait prendre un peu de temps. J'ai alors du arrêter le moteur. Au bout de 15 minutes, j'ai rappelé, toujours rien. J'ai donc appelé Paris pour savoir ce qui se passait, et la personne que j'ai eu au téléphone avait un petit humour ironique que je n'ai pas trop apprécié sur le moment. Il a vérifié et m'a confirmé que j'avais bien un plan de vol et que tout était bon, même si j'avais un peu de retard. J'ai ensuite rappelé la Tour, et ils attendaient le retour de Bruxelles. Cela a duré une heure. Vers 15h30, j'ai rappelé Paris, qui m'a expliqué que les plans de vol, sur Olivia, ça marchait quand c'était pas trop compliqué, mais que là, pour la Belgique, il fallait plutôt contacter la Belgique. Il a donc mis presque 10 minutes pour me trouver un numéro pour Belgocontrol. Je les ai appelé, je suis tombé sur une secrêtaire qui m'a dit d'appeler le briefing. Pour info, le numéro pour déposer un plan de vol est le +32 2 206 25 40, ça peut servir une autre fois ou à quelqu'un d'autre. La personne que j'ai eu au bout du fil savait qui j'étais et qu'il attendait mon plan de vol qui ne venait pas, car même Lille n'était pas au courant alors que c'est eux qui gèrent Olivia pour la Belgique apparemment. J'ai donc dicté à cette personne mon plan de vol pour repartir en France à 16h. Il faut déposer légalement le plan de vol 30 minutes avant le départ donc j'ai refais le tour de l'avion avant de pouvoir le remettre en route vers 15h45 pour un décollage à 16h pile.

En attendant pour le plan de vol, j'ai vu passer le camion d'essence. Le conducteur m'a demandé si je voulais de l'essence. Avec le réservoir supplémentaire, j'avais bien fait tous les pleins pour ne pas avoir à prendre d'essence en Belgique, et j'ai bien fait. A Cosne sur Loire, le plein m'a coûté 1.97€ le litre, 2.06€ le litre à Lille, et à Ostend, on était à 2.54€ le litre !!!

Décollage derrière plusieurs autres avions (tous immatriculés en Golf, l'Angleterre, et qui s'y dirigeaient), et cette fois, 1500ft, on m'a autorisé à longer la côte vers la France. C'est une très belle côte, même si elle est orienté plein nord. Il y a des villages vacances, des campings, et une belle côte avec du sable tout le long. C'était très beau. J'ai traversé la zone militaire de Koksijde (un nom imprononçable, mais ils m'ont compris), c'est apparemment une base pour les dispositifs d'aide et de recherche en mer.

CoteBelge

Après seulement 10 minutes de vol, je me suis retrouvé en France, à Dunkerque où j'ai pu longer encore un peu la côte jusqu'au sud ouest de la ville avant de prendre le cap 200 pour faire route vers Abbeville en montée vers 3000ft.

LF2855-LesFriches

Dans ce coin-là, il n'est pas très simple de se repérer. Pas de villes, que des villages ou des éoliennes, donc heureusement que j'avais un GPS en plus pour bien vérifier mon cap. Sinon, c'était tout droit jusqu'à Abbeville et même après, dans le même style de paysage. J'ai du traverser les zones de Beauvais, une classe D qui n'a pas posé de problème et je me suis dirigé ensuite vers l'est de Dreux, en visant Chartres. Mon objectif était de rentrer en passant par l'ouest de Paris, pas trop près de Paris pour éviter les zones à problème, mais en faisant en sorte de faire une navigation de plus de 2 heures. J'ai donc fait le tour de Chartres par l'ouest pour allonger un peu le trajet.

Chartres

Au moment de quitter la fréquence de Paris Info pour contacter Bricy, Paris m'a confirmé qu'elle venait de m'identifier au radar. J'ai rigolé, lui ai dit merci et au revoir ! Bricy m'a aussi laissé passer sans problème, et j'ai pu atterrir à Saint Denis de l'Hôtel à 18h05, juste quelques minutes après la fermeture de l'AFIS, ce qui est dommage car il a fallu que j'appelle Bruxelles pour fermer le plan de vol, alors que si l'AFIS avait été en service, il aurait fermé le plan de vol à l'atterrissage.

Durée de la navigation de 2h10. Et pour les statistiques, en étant parti la veille d'Orléans, par Cosne puis Lille, Ostend et retour, mon GPS m'a dit que j'avais fait au total 1001km, soit 540 Nm, une bonne nav en 2 jours.