Nav un jour de beau temps ... vers Chartres


Ce matin, je me lève après avoir bien dormi, et à peine les volets ouverts, le Soleil entre dans mon appart. C'est pas souvent comme ça. Je me suis dit : "Quelle belle journée pour aller voler !"


En plus, je suis en train de rechercher un nouvel emplacement pour parquer notre avion. Il est actuellement à Lamotte Beuvron, et vous verrez à la fin du blog pourquoi c'est assez inconfortable comme situation surtout depuis quelques mois.


Je suis donc allé travailler ce matin, et j'ai décidé de ne pas travailler cet après-midi ... pour profiter de ce beau temps et aller faire un tour en avion.


Vers 14h30, je suis donc arrivé à l'aérodrome. D'autres pilotes sont passés et ont laissés les hangars ouverts, c'est plus simple pour rentrer dedans. Il a d'abord fallu sortir l'ULM pour sortir ensuite l'avion (voir à la fin du post pour plus d'explications). Une fois prêt, j'ai mis l'avion en route et je suis allé me mettre au point d'arrêt de la piste et je l'ai laissé chauffer tout en vérifiant ma nav.{C}Une fois tout prêt, j'ai fait mes essais moteurs et je suis parti. Décollage en 33, la radio, tout s'est bien passé.


Il y a beaucoup de soleil, donc comme souvent avec un anti-cyclone, il y a aussi de la brume. J'ai entendu plusieurs avions dire qu'ils faisaient demi-tour à cause de la brume quand je suis passé sur la fréquence de Bricy. Pour ma part, s'il y a brume, la solution est de voler plus haut. En décollant, je suis donc monté à 3000ft, et j'ai demandé à Bricy de m'autoriser une directe sur Chartres (en passant par la verticale de la base de Bricy), mais elle a mis un moment pour me le confirmer, j'avais mis le mauvais chiffre sur le transpondeur (j'ai mis 1 au lieu de 7 à la fin, pour le 1, il suffit de tourner une fois à gauche, et pour le 7, c'est une fois à droite, et ils se ressemblent, j'ai mal regardé). Après 5 minutes à faire quelques 360 en attendant, elle m'a donné sa clairance et j'ai pu passer.


J'en ai profité pour faire quelques photos d'Orléans.ou encore celle-ci :Vous pouvez cliquer sur chacune des photos pour les voir en plein écran 1920x1080.


Généralement, je vais sur Chartres par la route. En arrivant sur Chartres, une dizaine de kilomètres avant d'arriver, on voit en plein champs, des ponts tout neuf. Comme je passe au-dessus, j'en ai profité pour les prendre en photo. J'espère que la route viendra bientôt en-dessous.Je suis ensuite arrivé à Chartres. C'est vrai qu'il y a un peu de brume, mais ça reste tout à fait volable tant qu'on ne vas pas vers le Soleil, sinon c'est un peu moins bien. Je me suis intégré en vent arrière à Chartres, et j'ai atterri. Je pense que je devais aller un peu vite car j'ai du rebondir une fois. Généralement, j'atterri correctement, mais ça m'a un peu surpris, je pense que la vitesse était trop élevée, ça n'était donc pas un atterrissage très propre (pas trop génant, j'étais tout seul dans l'avion, mais il faut faire attention quand même).


Voici ma trace à l'aller :

[sgpx gpx="/wp-content/blogs.dir/3/files/gpx/NavChartresAller.gpx"]


Je suis donc allé faire le plein, voici ce qui était écrit sur la pompe :Vous lisez bien 2.45€/litre. Heureusement, ce n'est pas le prix que je paie, car avec la Carte Total, on paie actuellement 2.13€ le litre, depuis le 1er mars, mais ça reste cher, surtout pour 67.28 L, ce qui représente 2h de vol (en mixturant).


Je suis allé voir le hangar qui pourrait peut-être accueillir notre avion si on décidait de le mettre à Chartres, c'est un hangar tout neuf qui appartient à des propriétaires privés, regroupés dans un association. Il y a de la place et surtout, du goudron par terre.Après une visite et quelques discussions avec les personnes présentes, je suis donc reparti. La piste a changé, au lieu de la piste 10, j'ai du décoller en piste 28, et là encore, j'ai fait une gaffe. Cette fois, je savais que je ne faisais pas comme il fallait, mais je sais qu'au décollage, dans d'autres endroits, passer au-dessus de la ville n'est pas interdit, donc j'ai décollé puis j'ai tourné à gauche, plein sud, et je suis passé au-dessus de la Cathédrale. Malheureusement, avec la brume et le soleil qui se reflétait dedans, je n'ai pas vu grand chose.


Je suis monté bien plus haut qu'à l'aller. L'altitude maximale qui était au niveau 55 a été augmentée de 1000ft depuis novembre 2011, on peut donc monter en Eure-et-Loir au niveau 65 maintenant, grâce à des nouvelles règlementations qui sont là pour pénaliser les avions de ligne. Les avions de ligne doivent donc voler 1000ft plus haut autour de Paris, ils en ont donc profité pour réhausser toutes les zones autour de Paris, ce qui laisse maintenant plus de place pour les petits avions comme le mien.


Au retour, le vol a été très calme, une fois au-delà de 3500ft, j'ai donc fait le trajet à 5000ft. Le soleil était plus bas, donc reflétait plus qu'à l'aller, j'ai pris quelques photos, qui sont moins réussies, sauf une :Je me suis permis de faire une longue finale à Lamotte-Beuvron, comme je fais très souvent car il n'y a personne sur cette piste. Cela changerait si on mettait l'avion à Chartres ...


Voici ma trace au retour : [sgpx gpx="/wp-content/blogs.dir/3/files/gpx/NavChartresRetour.gpx"]


A l'atterrissage, toujours aussi peu de vent. Le QNH (la pression athmosphérique) était aujourd'hui de 1027, ce qui est le signe d'un anti-cyclone, mais pas aussi important que samedi dernier, où c'était plus de 1037. Donc, pas ou très peu de vent, mais ça risque de changer ce weekend.




Cette fois pas de problème de vitesse à l'atterrissage, j'ai trop l'habitude de me poser à Lamotte, sur les 500m de la piste. Piste courte, mais je ne l'utilise jamais entièrement, c'est bon signe. Je vais donc vers le hangar, et là, le plus dur reste à faire :


Tout d'abord, je mets l'avion, avec le moteur, entre l'ULM et le hangar, en rentrant si possible les 3 roues dans le hangar. C'est une manoeuvre qui n'est pas sans risque, c'est de la mania au sol, ce n'est pas conseillé, mais sans ça, il me faudrait 20 minutes de plus pour rentrer tous les appareils. Voici donc ce que ça donne :Vous reconnaitrez ma voiture à gauche, et juste à côté de l'ULM, la plaque de béton est l'ancienne pompe à essence qui a été démentelée complètement maintenant.


Une fois l'avion positionné, moteur arrêté et prêt à être rangé, je l'avance complètement jusqu'au bout du hangar, à la main, c'est assez simple, et ça donne ça :


Maintenant, l'opération la plus difficile pour moi qui fais 1,75m et pèse 63kg, c'est de rentrer l'ULM en le tirant sur l'herbe. L'herbe, par définition, ce n'est pas plat, il y a plein de trous et de bosses, et il faut s'assurer que les ailes passent bien entre les portes du hangar (l'ULM est assez large), et il faut aussi s'assurer que la queue de l'ULM ne touche pas la queue de l'avion ... après quelques minutes, voici le résultat :Et vous n'avez vu que la moitié du résultat, voici l'autre moitié :Vous avez bien vu, les empenages de l'ULM et de l'avion sont bien imbriqués. En rentrant et en sortant les appareils, il faut donc bien faire attention à tout ça. Lorsque nous sommes arrivés à Lamotte, nous avions un seul hangar pour nous, mais depuis quelques mois, cette ULM nous tient compagnie. Il faudrait quelqu'un de costaud sur place en permanence pour m'aider à sortir l'ULM, mais à chaque fois, je suis tout seul, d'où l'idée de changer l'avion de terrain ... à réfléchir.


J'espère que vous aimez ces photos, j'essaie d'en mettre le plus possible en ligne, n'hésitez pas à laisser des commentaires et contactez-moi pour venir faire un baptême de l'air ou si vous cherchez d'autres pilotes pour faire des navigations.