Nav jusqu'à Douai tout seul

Ceux qui me connaissent savent pourquoi j'aime le Nord, voire même plus haut que le Nord, l'Angleterre. Je suis né à Douai, dans le 59, j'ai quitté cette ville à 10 ans, et je suis resté en contact plus ou moins régulièrement avec un copain de primaire (et oui ;-)) qui y habite toujours. Décidé à aller le voir, je l'avais prévenu que je viendrai, en voiture ou en avion, le lundi 11 août. Je lui ai confirmé le samedi précédent, ne sachant toujours pas si je viendrai en voiture ou en avion, MétéoFrance ayant toujours des prévisions sur lesquelles on ne peut pas toujours compter, surtout en ce moment. J'ai passé tout le dimanche soir à préparer la nav pour un aérodrome proche, Vitry-en-Artois. J'ai prévu de passer par l'est de Paris à l'aller, en refuelant à Etampes, puis à l'ouest au retour en refuelant à Arras avant de partir, puis Chartres. La lecture des Notam m'a pris plus d'une demi-heure et rien n'était vraiment intéressant (ce qui ne veut pas dire qu'il ne fallait pas les lire). La météo indiquait dimanche matin que j'aurai du brouillard lundi, mais le dimanche soir, la météo du lundi, toujours sur le site de MétéoFrance indiquait que ce serait beau soleil le lundi matin.

Le lundi matin donc, je me suis levé pour être prêt à 8h30. Je devais passer par la Poste qui ouvre à cette heure-ci. J'ai donc pris la TemSI France avant de partir, et me voilà à la Poste vers 8h35, et à l'aérodrome à 9h20, un petit peu en retard par rapport à ce que j'avais prévu.

Le ciel était coupé en 2 au-dessus de l'aérodrome : vers le sud, grand beau temps, et vers le nord, pas mal de nuages, des stratus apparemment, donc du brouillard. Il y avait un banc de stratus qui passait à environ 1000ft au nord de l'aérodrome. La question était de savoir si je pouvais décoller. Est-ce que je passerai au-dessus ou en-dessous des stratus, et surtout est-ce que je pourrai passer au-dessus ? D'autres nuages pourraient y être, mais pas d'après la TemSI France qui n'indiquait même pas la présence des Stratus ... bizarre.

J'ai donc décidé de décoller, en posant 3 alternatives : le but est de décoller et de passer au-dessus des stratus, si je voyais que cela ne fonctionnerait pas, je pourrai alors essayer de les contourner par l'est car ils étaient apparemment moins présent par là, ou bien je ferai simplement un tour de piste basse hauteur au pire.

Aligné piste 33, l'avion face aux nuages, en me répétant ces scénarii, et surtout en espérant pouvoir passer au-dessus des stratus, j'ai mis plein gaz, c'est parti, départ à 10h00 pile ! Montée à 130km/h pour monter avec le meilleur angle. Une fois décollé, j'ai mieux vu le banc de nuages, j'ai conservé 130km/h et mon cran de volet jusqu'à avoir dépassé le nuage. Sur le coup, je me suis dit que j'avais eu de la chance, je n'étais pas passé bien loin du nuage, mais en fait, je pense qu'il devait y avoir une bonne centaine de mettre entre lui et moi.

La première difficulté était passé, j'étais au-dessus, mais ce n'était que le début. Maintenant, à 2000ft stable, avion stabilisé, compensé, je contacte Bricy pour passer par leur zone. Bonjour, je suis à 2000ft au-dessus d'une couche de status, je voudrai aller à Etampes. Bricy a approuvé, sans rien demander de plus, pas de passage par des points ou autre altitude spécifique, ils étaient d'accord, et là, j'ai eu un moment d'hésitation : ok, j'y vais, mais où suis-je ?!?
J'étais au-dessus d'une couche de nuage pas très épaisse, mais qui ne me donnait pas une bonne vue du sol. J'avais ma carte, mais je ne voyais rien, heureusement que mon GPS était là, j'ai donc suivi les indications du GPS jusqu'à ce que je puisse revoir le sol, au nord d'Orléans, et j'ai repris ma carte. C'est dans ce genre de situation que l'on peut réellement se rendre compte de ce que l'ont fait vraiment : je pilote avec ma carte, je n'ai pas de visibilité au sol, donc je suis perdu ... mais avec le GPS, tout va bien ;-)

Au nord d'Orléans, je retrouve le sol, et je suis donc allé ensuite facilement jusqu'à Etampes, là où je devais faire le plein. Arrivé sur Etampes, la contrôleuse m'a simplement demandé de faire une verticale puis de m'intégrer en milieu de vent arrière pour la 24, et j'ai fait un complet.
Etampes est un terrain contrôlé. Cela n'a rien d'extraordinaire quand on connait, mais quand on ne connait pas les habitudes d'un terrain, parfois, c'est un peu déroutant. J'ai fait le plein et la taxe me sera envoyée par ADP dans 6 mois, je suis donc remonté dans l'avion, prêt pour repartir.
Une fois le moteur allumé, j'ai demandé à rouler au point d'arrêt de la piste 24. La première chose que j'avais oublié était d'écouter l'ATIS, ce qu'il n'y a jamais dans les aérodromes où je vais généralement, donc on m'a dit de l'écouter et de revenir ensuite. J'ai obtempéré. Ensuite, on m'a demandé de rouler sur l'aire de quelque chose, je ne sais plus quel mot elle a utilisé, mais je n'ai pas trop compris, elle a du m'expliquer que c'était sur la raquette avant le point d'arrêt. J'ai du avoir l'air bête !!!

Finalement, j'ai été autorisé à m'aligner puis à décoller, et le contrôleur (ça a changé en cours de route) a activé mon plan de vol pour Vitry en Artois. Départ effectif pour contourner Paris à 10h55.

La plus grande partie de la nav doit en fait se faire sous 2000ft, notamment pour le contournement de Paris et ensuite autour de Cambrai. Je suis donc monté à 2000ft, et j'ai très rapidement du contacter Melun pour demander l'autorisation de passage dans leur zone vers Nangis.
Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir un plan de vol, ou bien s'ils sont toujours d'accord, mais je pense que d'avoir un plan de vol facilite le transit dans certaines zones.
Je suis donc passé dans la zone Delta de Melun, avec leur autorisation. Je me dirigeais vers Nangis, et sur la carte, il y avait un gros point rouge, zone à ne pas survoler. En arrivant dessus, je me suis aperçu que c'était une raffinerie ... donc j'ai fait un petit écart pour m'assurer d'en être assez loin, bien que sur la carte, c'est moins protégé qu'une centrale nucléaire (alors que le danger est du même ordre).

Une fois vertical Nangis, personne en haut, personne en bas, je passe direction plein Nord, et contact radio avec Seine Info, comme indiqué sur la carte de la Région Parisienne, que j'ai pris le soin d'acheter car j'y passe régulièrement. Et bien non, c'était pas Seine, c'était Paris, sur une fréquence qui n'est pas marquée, que j'ai du contacter ... aller savoir à quoi servent les cartes si elles ne sont pas à jour !

Enfin, je suis passé avec Paris Info. La fréquence n'était pas très occupé, ma nav se passait bien avec un cap plein Nord, et un point à noter toutes les 7 minutes, je me suis dit que c'était le moment de tester le lecteur MP3. Certains diront que c'est de l'inconscience d'avoir un lecteur MP3 dans un avion, et ils n'auront pas tord, mais parfois, quand on a 2h de vol, ça détend de pouvoir écouter un peu de musique, et ça ne déconcentre pas forcément. Je me suis mis à chanter un peu tout seul alors que personne ne parlait à la radio. Au bout de 5 minutes, quelques avions étaient sur la fréquence, j'ai donc arrêté le MP3 pour me concentrer de nouveau sur la route à suivre, sur la carte et mon log de nav.

J'ai donc quitté les zones de Paris, et je suis rapidement arrivé sur celles de Cambrai. C'est une autre zone intéressante : le transit de Cambrai, pour aller de Paris à Vitry en Artois, se fait à 1200ft au-dessus de l'autoroute A1 qui va vers Lille, entre une sortie, près de Bapaume, et la sortie de Douai.
Le sol étant à 200ft, cela fait 1000ft-sol, comme le transit à Orléans, mais c'est assez rare que l'on vol à cette hauteur pour le noter. Ce n'est pas réellement impressionnant, mais j'aime bien. J'ai plus d'heures de vol à moins de 3000ft, qu'en niveau de vol, c'est tellement compliqué d'être en niveau de vol quand on va vers le nord, et il y a toujours des nuages pour bloquer la monter ou empêcher la descente !

Pour faire un "a parte", j'ai lu sur un site internet américain, que l'altitude idéale était de ne pas monter au-delà de 1000ft par tranche de 10 minutes de vol, donc pour un vol d'une heure, cela fait 6000ft, j'y penserai un jour où je ne passe pas autour de Paris ;-)

Donc j'ai transité autour de Cambrai, j'allais plus vite que les voitures, mais je n'ai pas eu à me faire honteusement doubler par un TGV, il n'y en avait pas à ce moment-là !

Arrivé au-dessus de Vitry en Artois, j'ai eu du mal à trouver la manche à air, enfin à la voir. Et puis 4 pistes, on ne sait jamais laquelle utiliser, c'est trop quand on est tout seul ! Donc j'en ai pris une, la piste 12 me paraissait correcte. J'ai donc atterrit dessus.
Après avoir atterri, je n'étais pas plus avancé : pas de grand panneau visible pour indiquer un parking ou bien pour dire que l'on est arrivé, je suis allé au début de la piste 04 avant de repérer le "P" sur la carte. J'ai fait demi-tour et j'ai parqué l'avion devant un grand hangar.

L'ami que j'étais venu voir attendait que je l'appelle pour venir me chercher. Quelques minutes après, il était là et nous sommes allé manger.

Le vol s'est très bien passé, c'était vraiment plaisant. Je pense que le plus difficile pour prendre une décision à savoir si on y va ou pas, c'est de la prendre avant de voler, au début. Une fois que j'étais à Etampes, c'était plus simple, je savais déjà à quoi ressemblait le ciel, alors qu'avant de décoller de Lamotte, je ne savais pas, c'est ça qui me faisait peur !

--------------------RETOUR--------------------

Vers 17h, il était temps de rentrer. Je voulais faire un tour autour de Douai avec mon ami avant de repartir, mais comme il a le mal des transports et que ça bougeait un peu en l'air, je lui ai dit qu'on verrai une autre fois.
Comme je voulais passer par Arras pour faire le plein, j'ai appelé la personne à Arrais pour savoir si c'était possible, malheureusement, il était d'accord, mais pas avant une heure. J'ai trouvé que c'était un peu trop, et je suis parti direct, j'ai préféré refueler à Amiens pour cette fois.

J'ai donc décollé et j'ai essayé de contacter Cambrai, mais ils étaient fermés. J'ai contacté Lille à la place, ils ont activé mon plan de vol pour Chartres, et j'ai conservé le transit à 1200ft, c'est tellement amusant ;-)
Une fois passé Bapaume, j'ai changé de direction vers l'ouest, vers Amiens, au lieu de Péronne, et arrivé au-dessus d'Amiens, j'ai fait une intégration et j'ai atterri. J'étais tout seul en l'air, mais il y avait pas mal d'avions par terre, qui se sont mis à partir au moment où je suis arrivé à la pompe.
J'ai fait le plein avec la carte Total, et les négociations ont commencées. J'ai appelé le BRIA de Lille en lui expliquant la situation. Il a du fermer le plan de vol et en créer un nouveau avec ma nouvelle destination : Lamotte Beuvron. Seulement c'est un aérodrome privé, donc apparemment, il a mis LFOZ (Orléans Saint Denis de l'Hôtel) à la place, enfin ce n'est pas grave tant qu'il n'y a pas de soucis.

Après quelques minutes de discussion, le nouveau plan de vol est passé, et j'ai pu repartir d'Amien en décollant face à la Cathédrale. Le survol de la ville est interdit, mais en décollant, on peut en profiter pour voler pas trop haut, et pas trop loin, histoire d'avoir une belle vue, et Amiens est une ville que j'irai bien visiter une fois.

Ensuite, je me suis dirigé vers Beauvais, aérodrome contrôlé avec CTR et TMA. J'ai été autorisé à transiter par le VOR de BVS 2000ft vertical. Ensuite, tout s'est passé comme prévu, j'ai pu contacter Pontoise, et heureusement. En passant dans la zone de Pontoise, un avion arrivant de l'ouest était à la même altitude que moi, cap convergeant, et il n'avait pas de visuel. Je l'avais vu avant que le contrôleur me l'indique (ce qui n'est pas toujours le cas) et on s'est croisé à 200ft environ, au même endroit, je suis monté à 2200ft pour cela, donc je pense que l'autre n'a pas vu ou en tous cas, il n'a pas chercher à modifier sa trajectoire pour m'éviter. C'était ma seule rencontre, ce Cessna, j'aurai du croiser un DA-20 de gauche à droite, mais il était plus bas et je ne l'ai pas vu, il était apparemment plus loin et allait moins vite.
Le soleil n'était pas très haut, il était couchant, puisqu'il était environ 18h30 locale quand je suis passé à Pontoise, on voyait bien Paris, mais l'ouest paraissait sombre.

Ensuite, j'ai retrouvé mes points comme je le voulais, et comme la dernière nav vers Merville : Meulan/Epône puis le péage de St Arnoult, un incontournable, et ensuite cap direct sur Lamotte. J'ai juste fait un détour par le point ONE de Bricy pour être sûr de ne pas passer au-dessus d'Orléans.A la fin, pour m'amuser un peu, je suis allé faire un petit vol en bordure de La Source, et au-dessus d'Ardon, là où habite Dominique, le copropriétaire de l'avion avec moi, histoire de me balader avant d'atterrir en longue finale à Lamotte.

Et là, quel bonheur de voir les portes grandes ouvertes du hangar, merci Dom, j'ai pu rentrer l'avion rapidement, ce qui est un vrai bonheur.

J'ai maintenant 139h35, ça avance quand même, les 200h sont proches, encore 6 mois et ça sera fait !

C'était une très belle nav, comme toutes les nav que je peux faire et qui font plus d'une heure. J'espère pouvoir en faire d'autre, à l'ouest et au sud, et pourquoi pas vers l'Angleterre bientôt, quand j'aurai le temps de le faire, et le beau temps avec moi.