Fin du voyage en Russie : Sotchi

Aujourd'hui, dernières navigations en Russie. Nous avons quitté Volgograd pour aller vers la côte, à Sotchi, en passant par Krasnodar.

Départ comme les jours précédents, très tôt : lever 5h, départ 5h45 sans petit déjeuner car il y a eu un malentendu sur l'horaire et le fait que l'hôtel proposait des paniers petit déjeuner.

Arrivé à l'aéroport, le temps de passer la sécurité, et suivant l'ordre des avions, on a décollé à 9h08 locale. En attendant, bronzage sur l'aile !


La première partie de la navigation était sympa, autour de la ville de Volgograd.


Puis on est passé dans une zone très aride, avec peu de choses à voir, seulement des champs non cultivés à perte de vue !


Ensuite on est revenu sur les bords d'un fleuve, et là, c'était beaucoup plus verdoyant, avec des villages, des cultures et des lacs.


L'arrivée sur Krasnodar a été assez directe, on s'est retrouvé en vent arrière sans s'en apercevoir, puis finale, et c'est fini.

A Krasnodar, rien à manger, heureusement que j'avais des bouteilles Feed pour avoir quelque chose à manger. Pas de toilettes, ou bien difficile à trouver. Et une température de 33 degrés avec un petit vent d'une dizaine de nœuds. Pas top mais bon, ça va.

On a pu refaire le plein.


Il y avait plein de journalistes et de bloggers qui ont fait des photos, des interviews, et j'ai pu discuter avec certains et obtenir leurs sites. A voir s'ils y mettent mon avion !

Deuxième partie de la journée direction Sotchi, à 1h de là, normalement.

Décollage assez sympa sur le lac.


Puis direction les montagnes. C'est un peu comme le nord de l'Espagne, il y a une chaîne de montagne au bord de la mer.


On passe la montagne au niveau 60, et ça se passe plutôt bien. Il faut mixturer sinon le moteur ralentit ... mais le moteur est très chaud, à cause de la température extérieure ... et du fait qu'on monte en direct vers le niveau 60. On s'y arrête et le moteur reprend une température normale.

Ensuite, on arrive sur la mer, et on est suivi au radar, guidé.

Après, il semble qu'il se soit passé un problème : plus personne sur la fréquence. On se dirige plein sud car on a reçu ce cap. Ensuite, après 10 minutes, je fais un radio check, et je reçois une réponse me disant de faire demi-tour, ce que je fais et confirme. Puis plus rien. Je mets la prochaine fréquence, la tour, en secondaire, et je la veille, et je m'aperçois que l'on me parle sur cette fréquence, alors je recontacte la fréquence que j'avais, le radar, et il me dit de tourner à droite en longue finale puis de contacter la fréquence Tour, ce que je fais. On va en finale et on arrive sur le terrain, tout ok.


Une fois au sol, apparemment les contrôleurs m'avaient perdu, à la radio et au radar. Ils ont du me demander de changer de fréquence, mais je n'ai pas confirmé cela puisque je ne l'ai pas fait. Ensuite, ils n'ont pas cherché à me contacter et entre Radar et Tour, la communication n'a pas du se faire non plus. Ils ont perdu un avion, et n'ont pas réussi à me retrouver alors que j'étais simplement avec le contrôleur avec qui je parlais normalement.

Heureusement, rien de grave puisque je ne suis pas allé en Géorgie (zone de guerre, interdite et dangereuse) et ils m'ont retrouvé, mais au sol, tout le monde m'est tombé dessus car les contrôleurs ont fait tourné tous les avions en attendant que j'atterrisse. Ils n'ont pas modifié l'ordre d'arrivée après m'avoir "perdu" !!! Ma faute ? la leur ? Je ne sais pas mais peut-être un peu des deux alors !

Suite à tout cela, toutes les visites sont annulées et on rentre à l'hôtel : enfin 1h30 de libre, un repas et au dodo. Ca sera sûrement la soirée la plus tranquille que l'on ait eu en Russie, et tant mieux car c'est très fatiguant de dormir seulement 5h par nuit en pilotant la journée ... facteurs humains, quand tu nous tiens ...

Demain, c'est fini, on quittera la Russie pour la phase de retour, et on ira faire un petit tour en Asie ...