A/R Chatellerault avec Thierry

Grande première aujourd'hui, c'est la première fois que je fais une navigation avec un autre pilote en duo : l'un fait l'aller et l'autre le retour.
C'est avec Thierry que je suis parti faire un tour, en ce superbe après-midi, à Chatellerault. Je fais l'aller et il fait le retour, histoire d'aller un peu loin (pas autant que Vichy, mais quand même plus de 30 minutes de nav) tranquillement.

La nav n'est pas très compliqué à faire. Comme je n'ai pas eu le temps de préparer grand chose, j'ai tout fait sur place avant de partir, on avait donc toutes les infos, mais pas de log, enfin pour ma part. On a donc décider de partir pour Chatellerault, en utilisant nos GPS, puisqu'il faisait très beau et qu'on a fait les pleins avant de partir, avec 3 GPS à bord, c'était, je pense, assez sûr (j'aime bien préparer mes nav mieux que ça, mais bon, on ne pouvait pas reculer le départ pour un log de nav incomplet - passons).

On a donc fait les pleins, et avec le DA-40 TDI, ce n'est pas une mince affaire : paperasse, pompe, réservoirs (il y en a 2), on en a un peu mis à côté, je sens encore l'odeur du kéro ce soir !A l'aller, c'est moi qui ai commencé. On a mis plein gaz sur la piste à 14h28, en montée vers 3000ft, car il y a de la brume. La visi était supérieure à 10km, mais c'est plus joli de voir le sol que d'être au FL100 et de ne voir que le ciel, enfin je préfère pour l'instant.
Il y avait quelques turbulences légères, surtout au passage des forêts (soleil et fraicheur de l'hiver, ça crée des "pompes").

Le vol était assez calme, un petit coup de radio par-ci par-là, Thierry qui suivait sur la carte, et moi, je suivais le GPS, on a simplement du contourner la D171A, qui en fait n'est active que du lundi au vendredi de 8h à 19h locales, mais on n'avais pas vérifié l'activité avant le départ. On est passé de Seine Info à Poitiers Info. Sur Poitiers Info, c'est différent, ils gèrent les CTR et TMA, ainsi que la Tour de Poitiers, donc on avait le droit aux atterrissages et aux décollages (peu nombreux) de Poitiers en même temps que le SIV !

On est donc arrivé tranquillement vers Chatellerault, en descente 500ft pour une verticale 2000ft, ce qui permet d'accélérer un peu, vers 140kt en descente. En ce moment, le problème posé pour les balades l'après-midi, c'est que la visibilité vers l'ouest est assez faible. En arrivant vers Chatellerault, je ne voyais pas bien la ville, et encore moins l'aérodrome (c'est toujours un problème de trouver un aérodrome quand on ne connait pas). Heureusement, Thierry a passé son PPL entre autre sur ce terrain, donc il l'a vu tout de suite.

Une verticale rapidement, peu d'avions en tour de piste, un petit tour de piste, piste overshootée, comme d'hab, et un bel atterrissage sur la piste 18. Demi-tour sur la piste, taxiway en dur, et parking.
Atterrissage : 15h20 (52 min de vol)

On a pu sympathiser avec quelques personnes, l'ambiance était bonne, et le beau temps y a contribué : tout le monde était dehors. En plus, le "club house" est ouvert, les gens y passent, ce n'est bien sûr pas aussi grand qu'à Orléans, mais on pourrait dire qu'il y avait autant voire plus de monde, et les gens n'hésitaient pas à dire bonjour et à parler à nous qui venions d'ailleurs.

On a aussi discuter avec un jeune, curieux des sensations que ça pouvait donner de voler. Malheureusement, on n'a pas pu lui proposer d'aller faire un tour, mais j'espère qu'il visitera ce site pour profiter des photos et des infos qu'il contient (si tu te reconnais, n'hésite pas à m'envoyer un email !). Ensuite, vol retour. On a échangé les places. C'est la première fois que je monte avec un autre pilote aux commandes depuis mon PPL, et j'avoue que c'est comme en voiture : toujours une petite angoisse, les yeux rivés sur le tableau de bord et les indicateurs !
On a décollé à 16h34, et on est revenu en nav à environ 3000ft. On a inversé les rôles, et c'est moi qui suivais sur la carte pendant que Thierry suivait le GPS. C'est beau le sol, les maisons, les belles demeures de la Sologne, les petits châteaux, et les nombreux étangs qu'il ne faut surtout pas utiliser pour se repérer car il y en a tellement, qui se ressemblent et qui ne sont pas écris sur la carte ! On est arrivé à Orléans, avec l'ULM d'Héli Sphère au décollage et un autre avion qui voulait passer en verticale, mais un peu bas, il y avait un peu de monde à l'intégration. On a eu un atterrissage un peu mouvementé, posé des roues à 17h28 (54 minutes), et on est rentré au parking.

Je commence à apprécier le DA-40 TDI en fait. C'est vrai qu'il n'y a rien à faire, en vol, à part gérer l'essence (et, bien sûr, le cap et l'altitude, mais ça, ça pose pas de problème), ce qui me gêne toujours, c'est le décollage et surtout l'atterrissage, où le régulateur automatique d'hélice ne suit pas forcément ce que l'on ferait à ce moment-là !