Première grande nav vers Strasbourg


Comme vous avez pu le voir, ce blog n'est pas très alimenté en ce moment, et ne l'a pas été en 2010. Ce n'est pas que je sois paresseux, j'ai peut-être pas toujours le temps, mais surtout, je n'ai pas beaucoup volé en 2010 pour des raisons de moyen et aussi de temps.


Depuis janvier 2011, j'ai volé une fois avec un autre pilote pour faire un petit tour rapide entre Lamotte et Orléans. Le temps étant assez beau depuis plusieurs semaines, j'ai décidé de partir, ce week-end, à Strasbourg, voir un copain qui habite par là. L'avion prêt, assez de carburant dans le réservoir, je me suis donc préparé à partir. Les 6 mois de retard que j'avais dans la mise à jour de mes cartes VAC ont été corrigé en une (longue) soirée et une autre a servi à préparer la nav. Une nav vers Strasbourg, vous me direz, ça ne s'improvise pas. Quand on regarde la carte IGN, on voit plein de zones rouges et bleues. Pour les bleues, c'est pas bien grave, il suffit de demander la permission de passer et généralement, ça passe, mais pour les rouges, me voilà parti dans le complément aux cartes aéronautiques. Une par une, il faut vérifier si elles sont activées et activables ... ça prend du temps.



J'ai donc passé une soirée à préparer la nav. La météo s'annonçait très bonne, pas un nuage en perspective, un peu de brume, mais j'avais envie de monter, donc ça ne poserait pas trop de problème. J'ai donc tracé un trait Orléans vers Belfort puis direct Belfort Strasbourg Enzheim. Comme l'avion n'a que 3h d'autonomie, mais qu'il ne restait que 2h max dans le réservoir, je devais faire une pause, mais sur la carte, cela ne parait pas si évident que ça. Sur mon trait ... pas d'aérodrome entre Auxerre et Vesoul, le premier un peu trop près et le second un peu trop loin. Vous allez dire que je suis difficile, mais je fais avec ce que j'ai et Vesoul me disait bien, mais avec les sécurités, et le vent qui s'annonçait plein est, ça ne le ferait pas. J'ai fini par choisir un petit terrain pour faire le plein : Dijon Darois.


Je suis parti de bonne heure. Le décollage vers 9h30 de Lamotte, sans plan de vol, direct vers Semur, puis je tourne ensuite vers Dijon Darois, en traversant le Morvan. Rien de plus simple, j'ai décollé, et je suis parti. Je suis monté au FL55 tout le long du trajet, qui a été assez calme. Mes points de report se sont bien passés, mais ma moyenne était assez basse, environ 90-95kt, soit 15-20kt de face.


L'approche sur Dijon Darois était un peu inattendue. C'est un petit terrain, sans AFIS, placé sur un versant de colline, avec des vallées qui se trouvent au début et en sortie de la piste. Le vent m'a un peu surpris, car de ces vallées, par fort vent d'est, cela crée quelques turbulences qui peuvent surprendre, tant à l'atterrissage qu'au décollage. Le vol m'a pris 1h25 chrono entre le décollage et l'atterrissage, rien de bien long, et c'était agréable pour une première nav de l'année, bien tranquille.


Sur le terrain, juste le temps de faire le plein, j'ai essayé de trouver des toilettes, mais personne n'a été capable de m'indiquer où elles étaient ouvertes (l'aéroclub, un samedi matin, était fermé).

Arrivé à 11h10, je suis reparti à 11h40. J'avais préparé un plan de vol vers Strasbourg Enzheim pour 11h30, donc tout était bon, dans les temps.


La deuxième section de mon vol, qui devait faire Dijon Belfort Strasbourg, devait être plus difficile, avec un nombre assez important de zones à traverser, j'étais prêt avec les fréquences et tout ce qu'il fallait savoir pour faire ma nav correctement au FL°55.

Après le décollage, j'ai donc contacté les zones de Dijon, ou plutôt j'ai tenté car j'ai entendu le répondeur indiquant que les zones étaient fermées. J'ai donc contacté le SIV, Bâle Info, qui m'a dit que oui, ils géraient. Ils ont donc fait démarrer mon plan de vol et je suis monté au FL055.


Une fois à la bonne altitude, au bon cap et tout bien préparé, mon point suivant m'indiquait que je devais changer de fréquence pour les militaires de la R158B, indiquée comme activable 24h/24. A la radio, suite à ma demande de changer de fréquence, l'opérateur m'a dit qu'ils étaient tous fermés et que je resterai finalement avec lui pendant toute la durée de mon trajet, jusqu'à l'arrivée dans les zones de Strasbourg. Et c'est là où mon ennui a commencé : j'ai donc passé environ 1h à regarder ma carte sans rien voir, car c'est désertique par là, heureusement que mon GPS était branché et que quelques messages radios d'autres appareils venaient faire un peu de bruit dans le casque.


Un changement de cap vers Belfort, passage près de Colmar puis arrivée sur Strasbourg Enzheim, où j'étais attendu, suite à une erreur de calcul de ma part, à 12h45 au lieu de 13h15, j'étais donc déjà en retard. J'ai entamé une descente très lente du FL055 vers 2500ft, à 100ft/min pour gagner quelques noeuds, et ça a marché, j'avoisinais les 100kt.

Au contact de Strasbourg, j'avais l'ATIS et j'ai oublié de leur préciser, ce qui ne les a pas géné. J'ai eu le droit d'atterrir en une directe longue finale vers la piste 05 et je me suis dirigé vers le parking Aviation Générale.


Pour une première nav, c'était assez simple. Malgré le beau temps, rien à signaler. Quelques avions partaient de Paris vers la côté Atlantique, et d'autres venaient d'Allemagne vers les aérodromes d'Alsace, mais rien qui aurait pu venir me poser problème à mon niveau 55.

Pour le retour, j'avais planifié la même nav, mais au vu de ce que j'avais pu entendre et voir, le temps étant très beau, j'ai décidé de changer la nav du retour pour passer en direct au nord de Strasbourg vers Saverne puis un avitaillement à Troyes. La plupart des zones étant apparemment fermées, cela ne devrait pas poser de problème.

Le dimanche matin, en préparant ma nav, je me suis aperçu qu'Olivia, le site permettant de récupérer les NOTAM, ainsi que Notamweb, ne fonctionnaient pas. J'ai donc appelé le BRIA du Bourget, qui a bien voulu me donner des infos par téléphone, mais aucune info vraiment intéressante pour un dimanche : toutes les zones militaires sont fermées ou presque.


Le retour a donc été tout aussi calme, mais très beau. J'ai décollé vers 15h10 sur plan de vol pour Troyes. Le ciel était tout bleu, avec un peu de brume, mais je suis monté au FL065. J'ai commencé par survoler un peu les petites montagnes des Vosges avant de retrouver le plat pays dès Saverne puis direct vers Troyes. Niveau radio, j'ai eu besoin de changer de fréquence plusieurs fois entre Bâles Info et Seine/Paris, mais toutes les zones étaient quasiment fermées, sauf St Dizier, que j'ai juste écorchée et le contrôleur m'a laissé sur la fréquence de Seine.


La petite pause du retour à Troyes m'a permis de faire le plein et de boire un coup. La pompe bien connue de Troyes pour accepter, nuit et jour, les Cartes Bleues, était en panne de Carte, il a fallu que j'aille voir pour régler ma taxe d'atterrissage et payer le plein à la personne de garde.


Trois quart d'heures plus tard, je suis reparti pour Lamotte. La nav du retour a été beaucoup plus rapide avec des pointes à plus de 130kt en descente moyenne, car le vent, cette fois, était dans le bon sens, et le retour m'a pris un peu plus de 2h10 alors que l'aller avait pris 3h. La nav en elle-même y est aussi pour quelques choses, certainement, mais le vent était tout aussi responsable.


Pour une fois qu'il faisait beau, les ULM étaient de sorti à Lamotte, et lors de mon atterrissage, il y avait la queue au décollage, 2 ULM attendaient que j'atterrisse pour décoller, je n'avais jamais vu ça !


C'était donc une très belle nav. J'ai parcouru environ 1000km aller/retour, et je suis allé dans des endroits que je ne connaissais pas. J'ai atterri sur 2 aérodromes où je n'étais jamais allés (Dijon Darois et Strasbourg Enzheim) et j'ai vu les Alpes en passant près de Belfort, c'était magnifique !


Je n'ai malheureusement pas pris de photos pour mettre sur ce site, l'appareil est resté à la maison, mais je ferai ce qu'il faut, la prochaine fois, pour prendre de belles photos en l'air et/ou au sol. Et j'espère voler plus souvent cette année, car en plus, c'est une année de renouvellement de ma licence, donc il faut que je fasse 12h de vol entre Octobre 2010 et Octobre 2011, mais ça, ça ne devrait pas être un problème (en 2010, j'ai volé peu, et ça faisait déjà 18h de vol).


Alors à bientôt, et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou bien à me contacter, je recherche toujours des personnes pour m'accompagner, que vous ayez ou non la licence, du moment que l'avion vous passionne et que vous êtes en région Centre pour le moment.