Nouvelle Nav vers Strasbourg


En avril 2011, j'ai fait une navigation de Lamotte-Beuvron vers Strasbourg, vous pouvez consulter cet article sur mon blog pour les détails.


Depuis, l'avion a changé d'aérodrome, il est maintenant à Aubigny, et j'ai décidé de refaire la même navigation, avec de meilleurs paramètres. Cette fois, il y a une pompe à essence donc je peux partir avec le plein, et nous sommes au mois d'août, il fait beau, je vais donc tenter de passer au-dessus des Vosges au lieu de les contourner comme ça avait été le cas la dernière fois.




Pour faire une navigation et y prendre du plaisir, c'est bien de ne pas y aller tout seul. J'ai donc demandé à quelques personnes, malheureusement, soit ces derniers travaillaient, ou bien étaient déjà en vacances, mais une petite annonce sur Facebook m'a permis de trouver quelqu'un pour venir faire cette navigation avec moi.


Avant de faire la navigation en elle-même, une petite soirée de préparation a été nécessaire. J'ai acquis pas mal d'assurance et de connaissances en faisant les navigations précédentes, et cela se résume en 2 points :


- s'il y a plein de zones rouges ou bleues sur la carte ou si on va vers un grand aérodrome ou une zone de grand traffic, il est préférable de faire un plan de vol


- si la navigation prévue est longue, qu'il fait beau et que l'on va vers des zones décrites ci-dessus, il est préférable de voler haut, dans la mesure du possible


Donc ma soirée s'est principalement passée à faire un plan de vol (5 min sur Olivia), et à faire mon log de nav en m'assurrant de bien voler suffisamment haut pour contourner un maximum d'obstacles et de zones, notamment à l'approche des Vosges, entre St Dizier et Strasbourg.


3 points tournants ont suffit à ma préparation, un tous les 30 minutes, en ligne droite à chaque fois, ce qui m'a permis de passer travers Auxerre, puis travers Chaumont et enfin travers Epinal avant de finir en mode "à vue" entre Baccarat et Strasbourg.


J'ai donc donné rendez-vous à mon "co-pilote" débutant, pour qui c'était en fait le premier vol dans un petit avion. On s'est rapidement réparti les rôles : j'allais piloter et lui allait prendre des photos.


Ce mercredi vers midi, on s'est retrouvé. Le temps d'aller manger au Flunch, le décollage était prévu pour 13h UTC, soit 15h locale. Le but, car il y en a un, est d'aller à Strasbourg en 2h de vol, soit 4h au total (en comptant 1h de voiture pour aller à l'aérodrome et 30 minutes avant et après le vol pour l'administration et la préparation), et la même chose le lendemain au retour.


On a donc sorti l'avion et on s'est installé. Le plan de vol était déposé, il ne reste plus qu'à décoller et à faire ce qui était préparé.




On s'est donc aligné, dernière checklist de tête "Pompe Phare, Volet Verrière, Transpondeur Top" et j'ai décollé ...




Je précise que les photos n'ont pas été prises par moi, mais par mon passager, cela a permi de faire de belles photos à tous les moments du vol, même pendant le décollage et l'atterrissage.


On est ensuite monté vers le FL075 pour passer au-dessus de la plupart des zones et s'affranchir de tous les obstacles et des autres avions. Le FL075 est aussi utile pour mixturer, ainsi on consommerait moins et les 3h d'autonomie de l'avion seraient alors dépassées.




On est donc passé au-dessus de la Loire. La navigation était assez directe puisqu'une fois le décollage terminé, il suffisait de se mettre au FL075 au cap 070 et d'y rester pendant 2h.


On a donc passé pas mal de temps à discuter, à tourner les cartes, et à profiter du temps magnifique pour observer le paysage et faire des photos.


J'ai prévu 2 points tournants principaux avant l'arrivée dans les Vosges. Le premier point était Auxerre, ou plus précisément travers Auxerre, au sud de la ville, en coupant l'Yonne à un endroit assez marqué sur la carte et facile à repérer. Voici une photo d'Auxerre :




Ensuite, on a continué notre voyage en direction des Vosges.




Mon second point tournant est Chaumont, l'occasion de prendre une autre belle photo. On l'a atteint 1h06 après le décollage, reste donc environ 45 min de vol, on arrive bientôt près des Vosges.




Ensuite, quelques nuages sont apparus, normal puisqu'on arrivait sur les Vosges et qu'il y a beaucoup de forêt. On a du baisser notre altitude avant d'arriver sur les Vosges, d'autres nuages ont commencé à apparaitre devant nous, et 2 choix s'offraient alors à moi : passer au-dessus, sachant que l'aéroport n'était plus très loin, moins de 20 min, ou bien passer en-dessous, entre la montagne et les nuages.


La "montagne", les Vosges, à cet endroit, au Mont Donon, n'est pas très haute, elle culmine à 3000ft, et une fois ce mont passé, je voulais suivre la vallée de la Bruche, qui est bien plus basse, avec des flancs culminants à 3600ft. Je suis donc redescendu du FL075, vers le FL055, puis une fois le Mont Donon passé, je suis tranquillement descendu vers l'aéroport, à 500ft/min pour être prêt.




Une fois St Dié passé sur la droite, et Raon l'Etape en-dessous de nous, on est passé par le Mont Donon, puis la vallée de la Bruche :




Ce village de Gendelbruch est magnifique, c'est un village qui se trouve à mi-hauteur, sur les hauteurs de la vallée. La photo rend mal ce point de vue, mais c'est très beau en vrai.


Une fois la vallée de la Bruche passée, on est arrivé, toujours en descente, sous contrôle de l'aéroport de Strasbourg, en Alsace par Molsheim. On a une très belle vue sur les petites villes qui se trouvent juste en bas des Vosges, comme Bischofsheim et Obernai.




Molsheim se trouve vers le nord, de l'autre côté de l'avion :




On était numéro 1 et la tour a confirmé l'autorisation d'atterrissage. Coup de chance, pas d'autres avions à l'atterrissage ni au décollage, je pense que c'est un aéroport assez calme. Voici la finale :




Et on est arrivé à Entzheim vers 16h10, exactement 2h moteur après le décollage d'Aubigny : Mission accomplie !


La taxe d'aéroport est toujours aussi chère : 41.09€TTC comprenant l'atterrissage et le jour d'arrivée, et le parking pour le jour suivant (bien que ça ne fasse pas 24h).


Voici le graphique de l'altitude utilisée (rapportée par le GPS) :




Le reste de la journée a été du repos et profiter d'être là. Il faut savoir que le fait de partir à 14h et de revenir le lendemain matin était prévu ainsi pour faire en sorte que le soleil soit derrière nous le plus souvent. Pour l'après-midi, en allant vers l'est, c'était donc plus simple, mais pour le lendemain, le matin est mieux, mais ça reste assez problématique pour le pilote qui est souvent au soleil tant qu'il va vers l'ouest, quelque soit l'heure.


Le lendemain matin, vers 10h, on s'est donné rendez-vous à l'aéroport de Strasbourg pour un retour incertain, suivant MétéoFrance. La Météo prévue la veille, pour le retour, était pleine de nuages, mais une fois à l'aérodrome, et après impression des cartes météos, il s'est avéré que tous les nuages avaient disparus. Les Vosges, notamment, étaient totalement claires, ce qui me permettait de repartir par le même chemin qu'à l'aller, via la vallée de la Bruche.




On a donc décollé vers 10h, comme prévu. Il est pratiquement impossible d'avoir une clairance propre pour repartir à l'altitude souhaitée, directement au décollage. J'ai donc obtenu une première clairance vers 1500ft, puis une seconde pour 3000ft, et enfin une dernière, à l'altitude que j'avais demandé : le FL065.


On est donc reparti par la vallée de la Bruche, et on a pu voir Molsheim :




On a pu voir Mutzig, juste à côté de Molsheim :




On a donc remonté toute la vallée, en s'assurant qu'il n'y ait pas de nuages au bout, et tout s'est bien passé. Seul quelques petits nuages, que mon passager/photographe a pu attrapper avec son appareil photo, se trouvaient là, mais pas assez gros ou opaques pour nous empêcher de passer :




Les points tournants sont restés les mêmes pour le retour. Voici une photo de Vincey, au nord d'Epinal :




Le second point tournant est Auxerre :




Après ce point tournant, la destination est directe, en évitant les zones interdites autour des Centrales Nucléaires qui se trouvent autour de la Sologne, Belleville notamment.


La voyage touche donc bientôt à sa fin, et il y a une chose que mon passager n'a pas encore fait : prendre le manche et piloter un peu (... pour me permettre de me reposer avant l'atterrissage). J'ai donc passé le manche à mon voisin pendant quelques minutes. Le début a été un peu difficile, c'est toujours comme ça, il faut s'y faire, l'avion répond bien à tous les mouvements, et comme on était au FL065, donc avec peu de turbulences, il a réussi à le prendre en main assez rapidement, en visant une forêt, un village, et finalement la Loire, pour passer entre les 2 centrales.


La radio, sur le trajet du retour, a été assez simple : j'ai parlé avec Strasbourg, puis pour la première fois avec Polygone, et puis je suis passé avec Bâles avant de finir avec Paris et Seine.


Une fois la Loire passée, on est repassé sous les 3000ft et ça a commencé à bouger, il faisait chaud. Juste le temps de prendre un village en photo :




Enfin, on est arrivé sur Aubigny :




L'atterrissage s'est bien passé, comme d'habitude, et le vol s'est terminé. L'horamètre indiquait pile 2 heures. Seine Info m'a appelé juste après l'atterrissage, pour demander confirmation de la clôture du plan de vol.


Voici le graphique de l'altitude pour le vol du retour :




Le FL065 correspondait en fait à plus de 7000ft, on est descendu à 2500ft environ, une fois la Loire passée à l'arrivée, et une vent arrière assez courte à 1600ft.


En conclusion, c'était un très bon vol, très agréable vu l'altitude, peu de turbulences et une très belle visibilité. L'aller et le retour ont chacun pris 2 heures, ce qui me permet de voir que c'est faisable d'aller à Strasbourg rapidement, ce qui veut dire que l'Allemagne est à porté d'aile.


Vous pouvez cliquer sur chacune des photos pour l'agrandir, et je remercie Guillaume, mon passager/copilote/photographe d'être venu avec moi et d'avoir fait quelques belles photos, toutes ne sont pas en ligne.