Cap sur Les Sables d'Olonne

Nous sommes le dimanche 27 juillet, que peut-on réver de mieux que de passer une journée au bord de la mer ?
C'est un de mes rêves de piloter et de pouvoir aller passer une journée aux Sables d'Olonne. J'ai déjà eu l'occasion d'y aller avec Corinne, une autre pilote du club, et c'était déjà très agréable, maintenant, je me devais d'y aller tout seul ou au moins en pilotant, c'est ce que j'ai décidé de faire ce dimanche.Tout d'abord, pour faire un bon film, il faut un bon casting : - L'agent de voyage : Fabien, grâce à lui, on peut partir à 4 alors que sans lui, je serai parti tout seul (il sait remplir un avion à n'importe quel moment, et avec peu de préavis) - Le copilote : Damien, qui a très vite compris comment on lisait une carte, et qui aurait même pu faire le vol sans moi (il sait manier le manche, comme dans Flight Simulator, et il se débrouille bien) - L'hotesse : Vanessa, pour son premier vol, elle a rempli un sac, le retour était plus facile, mais apparemment, c'était son dernier. - et bien sûr le pilote : moi ;-)

Le déroulement de la journée s'est passé presque minute par minute comme je l'aurais rêvé. Ma nuit ne s'est pas très bien passée, il faisait chaud, et le stress du lendemain était déjà là, bien que tout était prêt sur le papier, c'est quand même autre chose une fois en l'air.
Debout à 7h30, douche, petit dej consistant pour être en forme, et à 8h35, départ en voiture pour l'aérodrome de Lamotte. Après avoir suivi les déviations à la sortie d'Orléans et les quelques rares voitures que j'ai pu rencontrer à cette heure matinale un dimanche matin, j'arrive à l'aérodrome à 9h10.
Un petit coup de brosse sur les ailes, et un coup d'éponge sur la verrière, essence et huile vérifiées, je décolle pour Orléans St Denis de l'Hôtel vers 9h30. J'arrive à me frayer un chemin en longue finale avec juste un ULM au point d'arrêt, je suis en train de faire le plein à 10h alors que mes passagers arrivent tout juste.

Je fais connaissance avec Vanessa, qui n'a jamais pris un avion de tourisme, et on mets les bagages (sacs de plage notamment) dans la soute, tous prêt à partir : Damien et moi devant, Fabien et Vanessa derrière, le plein est fait et la soute bien rempli, d'après mes calculs on devrait atteindre les 950kg sur les 1000kg disponible, l'avion est un peu centré arrière mais ça ne pose pas de problème.

Décollage d'Orléans vers 10h20, un décollage tout en douceur, aucune turbulence en l'air, le voyage commence très bien. Compte-tenu de la météo, j'ai prévu de ne pas monter, mais de rester vers 2500ft-3000ft pour pouvoir profiter du paysage.
Le trajet se divise en 3 parties :
- Orléans - Tours Le Louroux, en 31 minutes
- Tours Le Louroux - Antenne en Vendée, en 25 minutes
- L'antenne - Les Sables, en 39 minutes
J'ai choisi des points assez éloignés tout en gardant un bon oeil sur la carte. Nous avions un GPS, allumé, qui a notamment servi à enregistrer la navigation, mais je n'avais pas pris la peine de rentrer les coordonnées de l'antenne en Vendée, donc nous avons fait tout le vol avec la carte, en observant où nous étions dehors (j'insite sur ce fait pour montrer à ceux qui pensent que je fais mes nav aux GPS, qu'ils se trompent).
Damien a d'ailleurs bien compris et suivait minute par minute notre position, et elle était assez bonne, comme vous pouvez le voir sur cette carte :(Carte IGN fournie avec le tracé par le site Le Guide Aéro, site gratuit d'aide à la préparation de nav)
J'ai contacté Seine Info dès le décollage d'Orléans. J'y ai entendu un avion se nommant F-GDON, qui a un peu perturbé le contrôleur. Contrôleur, d'ailleur, qui n'était vraiment pas aimable, contrairement à d'habitude, et plusieurs pilotes se sont vus remettre à leur place parfois pour de simples difficultés de compréhension. Pas bien !!!

Le passage vers Poitiers était un peu inhabituel, car le SIV Poitiers n'était pas actif, mais beaucoup de personnes étaient sur la fréquence, car elle sert apparemment en auto-info pour ceux qui se posent à Poitiers.

Arrivé avec Nantes, donc proche de la Vendée, la fréquence était claire et la personne agréable malgré le nombre important d'avions en vol dans le secteur. C'est là que Vanessa, à cause des turbulences assez nombreuses mais pas trop fortes, a commencé à avoir un peu mal au coeur. Mais elle a fait les choses bien : sac "Qantas" bien ouvert devant la bouche, quelques minutes le temps que ça vienne et pas une goutte à côté !!! Félicitations !!! J'avais peur des odeurs, mais après, elle a ouvert une bouteille d'Oasis qui a bien couvert l'odeur d'avant, et tout le reste du vol s'est bien passé.

Vers l'aéroparc de Talmont, j'ai quitté la fréquence pour celle des Sables, et je me suis préparé à l'atterrissage. Un autre avion venant de Rouen approchait et est arrivé dans le circuit, en visant la piste 24 herbe, alors que sur les notam, il était bien indiqué que celle-ci était fermée (d'ailleur ça fait tellement longtemps qu'elle est fermée, que ça ne devrait plus être sur un notam, mais sur la carte VAC), un autre pilote nous l'a indiqué quelques minutes après sur la fréquence. L'atterrissage s'est donc très bien passé, après 1h45 de vol, on a pu retourner sur le plancher des vaches, Vanessa était la première à en être réjouie.

On a parqué l'avion sur le bord avec les autres avions, en le reculant sur l'herbe, on a pris nos affaires, et là commençait notre journée de rêve aux Sables d'Olonne, il était 12h30.

Seul bémol de cette escapade : le taxi. Il nous a été un peu difficile de trouver un taxi pour aller au centre ville. On était dimanche, et l'aéroclub était fermé, même le 118 218 que j'ai appelé pour la première fois a eu du mal à nous en trouver un. Finalement, après une bonne demi-heure d'attente, une voiture est arrivée et nous a emmené à la gare, proche du centre ville, à quelques 10km de là, pour 20€.

Petit tour dans les Sables que je connais bien puisque j'y ai souvent passé mes vacances, mes grands parents y habitent, et nous sommes allé faire un tour sur le remblais, près de la plage, pour manger, vers 13h30. On a trouvé un petit restaurant sympa, et on a tous manger une salade.
Mes passagers m'ont gentiment offert le repas, et je les ai quitté pendant une petite heure, le temps d'aller dire bonjour à mes grands-parents et de m'acheter un ou 2 souvenirs, notamment un baromètre, que l'on trouve très facilement dans les boutiques de souvenir aux Sables d'Olonne, mais pas à Orléans.

Ensuite, le principal quand même : la PLAGE. Ils ne m'ont d'ailleurs pas attendu pour aller se baigner. J'ai retrouvé Damien qui gardait les sacs, et on est ensuite allé à tour de rôle se baigner dans une eau de mer pas forcément très chaude, mais assez agréable une fois dedans.
C'était le rêve : baignade, bronzette, baignade ... bronzette !!!
Malheureusement, tous les bonheurs ont une fin, et vers 16h30, on a commencer à plier les serviettes. C'est une bonne chose, sinon on aurait réellement brûlé au soleil, déjà là, ça se voit bien.
A 17h, on est retourné à la gare après une petite balade dans les petites ruelles de bord de mer, et on a repris un taxi direction l'aérodrome. vers 17h30, on a préparé l'avion et les passagers, on a fait le plein avec la carte Total, et vers 17h45, on a remis le moteur en route.

Décollage à 18h, et pour se faire plaisir, j'ai survolé le bord de mer, à environ 1Nm des côtes, à 800ft pour pouvoir admirer la plage, on est repassé sur La Chaume, un village de l'autre côté du port, puis cap sur les terres pour le retour par le même chemin. Au sud de La Roche sur Yon, j'ai proposé à Damien de piloter un peu. Il avait l'air un peu intimidé au début, mais en quelques minutes, il a maitrisé l'avion. Il a piloté pendant une dizaine de minutes, en allant quasiment droit au bon cap, et en maintenant la bonne altitude, il s'est bien débrouillé. Apparemment, il a des heures de vol sur Flight Simulator à son actif, en tous cas : bravo !!!

Je crois que si je n'avais pas repris le manche, il aurait pu continuer jusqu'au bout, mais bon, je l'ai repris, après tout, c'est tellement agréable, je veux bien partager ... un peu ;-)

On a refait le chemin inverse par l'antenne en Vendée, puis direction Tours Le Louroux. Cette fois, on a eu un contrôleur à Poitiers, et la contrôleuse de Seine Info était bien plus aimable que son collègue du matin. Trajet parfait, voici la carte :(Carte IGN fournie avec le tracé par le site Le Guide Aéro, site gratuit d'aide à la préparation de nav)

Arrivé près d'Amboise, on a aperçu Chenonceau. Damien a pu prendre quelques photos.Après quelques minutes, j'ai fait un écart sur ma route pour qu'on puisse passer juste devant la Château de Chambord, un incontournable dans la région. Je me pose toujours une question en passant au-dessus : à quoi correspondent les tâches blanches dans herbe sur la gauche ? Ca ne bouge pas, donc ce ne sont pas des animaux, si vous avez une idée ... Petit tour autour de La Source pour voir l'université, que tout le monde connait, mais qui est un peu plus dur à situer. Ensuite, retour sur Orléans, Saint Denis de l'Hôtel, LFOZ, intégration en Vent Arrière 05 après une verticale, et atterrissage tout en douceur. J'ai déposé mes passagers qui semblaient ravis du voyage. D'ailleurs, si vous lisez ce blog, n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Je suis reparti pour 15 minutes de vol vers Lamotte Beuvron, en faisant quelques virages à 45°, à 1000ft-sol, c'est tellement agréable quand il n'y a pas de turbulences ...

C'était vraiment une belle journée. Départ le matin à 8h30, retour à la maison le soir à 21h, c'est un peu fatigant, mais pas tant que ça, et c'est tellement agréable, surtout quand on peut faire ça avec des amis, j'en profite pour remercier mes passagers, sans eux, ça n'aurait pas été pareil ! On se refait ça une prochaine fois ?