Un samedi à Jersey

Jersey rassemble plusieurs des points que j’apprécie beaucoup. C’est une île (j’aime beaucoup voler sur l’eau, et c’est amusant d’y aller car traverser la mer est difficile et long autrement qu’en avion), on y parle Anglais, et on roule à gauche ! Autant de choses qui permettent d’être dépaysé alors que Jersey se trouve seulement à 2h d’avion d’Orléans, c’est donc facile d’y aller pour une journée seulement, en partant un peu tôt le matin.

La météo ne s’annonçait pas très bonne ce samedi matin, après le passage d’une tempête qui s’est dirigée vers le nord, dans la nuit. Ca soufflait beaucoup, mais pas de météo sur l’aérodrome pour le savoir, l’application est en panne tous les weekends en ce moment. Les informations de Bricy donnaient quelques indices, notamment la hauteur des nuages, plus de 2500ft.

Contrairement à ma nav vers Les Sables d’Olonne il y a quelques semaines où le vent était plus fort en altitude, cette fois le vent semblait identique dès au-dessus du sol. On est donc parti, d’autres avions faisaient des tours de piste au même moment. Je suis d’accord que faire des tours de piste avec 20kt de vent de travers est un bon exercice, mais il me semble que certains pilotes ne pilotent que lorsqu’il y a du fort vent de travers, et juste pour faire des tours de piste. Je ne vois pas où est le plaisir …

Donc on a préparé l’avion, avec les réservoirs pleins, et on s’est bien installé. J’ai prévenu mes passagers que le décollage serait certainement agité. Et effectivement, ce fut le cas : décollage avec de fortes raffales venant de droite, du pied, du manche, maintenir l’axe de la piste … cela n’a pas duré plus d’une minute, mais c’était intense. Heureusement, mes passagers sont restés zen 😉

Après avoir passé le seuil de piste, aux environs de 300ft sol, ça s’est calmé, et malgré le vent, on a pu se mettre en palier à 2500ft environ, et on a tenu environ 105kt en moyenne, donc seulement 10kt de face, parfois 15kt.

Superbe visibilité, mais très nuageux dans les terres

J’avais envie de m’amuser, de passer par des endroits sympas, et j’avais donc prévu de faire route vers le Mont Saint Michel d’abord. Cela s’est fait en un peu plus de 1h30, avec une visibilité de plusieurs dizaines voire d’une bonne centaine de kilomètres suivant la direction vers laquelle on se tournait.

Damien pilote, Pauline en profite

Mon co-pilote, Damien, qui m’a déjà accompagné plusieurs fois cette année, a pris un petit peu les commandes, car il y avait quand même quelques turbulences et je préfère avoir le manche dans la main dans ces cas-là. Mais il m’a bien aidé à gérer la radio et le transpondeur.

Le Mont Saint Michel

On est arrivé autour du Mont Saint Michel, en contournant la zone interdite et il a pu prendre quelques photos malgré les turbulences.

Le Mont Saint Michel

Ensuite, on a mis cap au nord, vers Granville (la pointe de la ville). Gilets de sauvetage enfilés déjà depuis le décollage, j’ai commencé à prendre la mer, toujours avec la radio française, Rennes Nord. On voyait tellement bien à l’horizon qu’à peine après avoir quitté le Mont Saint Michel, on voyait déjà les îles Chausey, et Jersey. Au lieu de continuer vers le Nord pour traverser après Granville, j’ai donc décidé de couper et d’aller directement à Jersey de là.

Côte autour de Granville

Granville

Les Iles Chausey

J’ai quitté la fréquence française, plan de vol en règle, et j’ai contacté Jersey, en Anglais. Mis à part un numéro de transpondeur que je n’ai pas bien compris au début, pour une fois, je n’ai rien eu à faire répéter au contrôleur, ni à l’aller ni au retour, tout était bien clair ! On a pris direction Jersey, mais le contrôleur ne nous voyait pas au radar. Il a alors demandé de faire route au 270, pour éviter de rentrer dans sa zone, et à peine quelques dizaines de secondes passées, il m’a confirmé mon identification radar et nous a laissé entrer direction Noirmont, une des avancées maritimes au sud de l’île. Tout s’est bien passé, mais ça a commencé à se gâter car en fait un ATR, voire 2, je crois, étaient prévus à l’arrivée, donc arrivé à une minute de Noirmont, je préviens le contrôleur qui me demande d’aller faire un tour. Et de un, puis de 2, pendant qu’un Cirrus arrivait et à qui il a demandé de faire de même, on a tourné le temps que l’ATR atterrisse, ce qui a pris 5 minutes environ avant que j’ai l’autorisation de me reporter en finale et d’atterrir.

Jersey - Saint Hélier

Saint Hélier

L’atterrissage, malgré le vent, s’est très bien passé, la piste est grande et large, et le vent était de moins de 10kt alors qu’au décollage, on était à peu près à 15kt (et à Lille la semaine dernière, à 20kt).

Une fois au sol, roulage et parking sur l’herbe, le vol avait été très agréable et la seule chose qui avait entâché la perfection était l’agitation au décollage, mais ça, on ne peut rien y faire.

Jersey est une petite île, et il y a des bus partout et très souvent. On a pris le 15 pour aller à Saint Hélier en passant par la côte, un double-decker, on est bien sûr monté en haut du bus, devant pour profiter de la vue.

Après un bon repas et une petite balade, on est de retour à l’aérodrome vers 16h locale (1h de décallage avec Orléans). Un peu fatigué par la marche, mais en forme pour préparer la nav et repartir tranquillement vers Orléans. Il y a un bar au-dessus de l’aéroclub, et on en profite en attendant que la citerne arrive pour faire le plein. En tous cas, £1.05 le litre d’AVGAS, ce qui représente 1.52€, c’est très raisonnable en ce moment, et ce prix est remisé de 5% avec ma carte de membre AOPA, soit 1.43€ le litre.

On a aussi pris un moment, avec Damien, pour prévoir de repartir par Portbail, une petite ville sur la côte. Le décollage se fait vers 18h, avec le plein, et un petit vent comme le matin, mais moins fort (Nord Est, donc de droite, 6/8kt). Autorisé à tourner à droite, 1000ft max, alors on en profite pour admirer le soleil et la mer.

La mer et le soleil au décollage de Jersey

 

 

Ensuite, on est autorisé à faire le tour de l’île par le nord, à 1000ft puis à 2000ft, et on continue vers le Cap de Carteret.

La côte ouest de Jersey

Jersey - Côte Nord

Arrivé à la fin de l’île, on la quitte direction Portbail, avec, en-dessus, quelques bancs de sable que je n’avais pas vu avant, et un petit phare, les îles Marmotiers (un peu comme les îles Chausez que l’on  a vu à l’aller).

Iles Marmotiers

Au revoir Jersey, et puis la mer, à Portbail, on arrive sur le continent que l’on ne quittera malheureusement plus. Orléans n’est qu’à 1h15 de vol, quasiment en ligne droite.

Portbail

Comme à l’aller, autour d’Argentan (on est passé plus bas à l’aller, mais c’est la même zone), impossible de joindre qui que ce soit à la radio pendant 10 minutes. Ensuite, on arrive dans des endroits plus familiers, Nogent le Rotrou, contact avec Paris Info, puis Seine Info rapidement avant d’arriver à Orléans en vent arrière 23 très calme, il était 20h30 locale donc le soleil est bas, et peu de pilotes en vol.

C’était un très bon vol, à l’aller comme au retour, une belle navigation, vers une destination très belle, même si sur place, il n’y a pas grand chose à faire d’autre que de se balader.